La filière administrative de l’éducation

(actualisé le )

Des métiers et un statut.

La filière administrative se définirait par la vocation ou l’opportunité que les agents possèdent de pouvoir exercer tous les métiers que cette filière recense.

Administrer, c’est gérer les affaires, il s’agit donc ici de gérer l’administration, être dans les services dits « supports » dans le sens noble du terme.

Les métiers qui permettent d’administrer la fonction publique s’exercent dans divers domaines notamment de gestion (contrôleur de gestion, …), de comptabilité (fondé de pouvoir, comptable, …), de ressources humaines (gestionnaire de paye, responsable RH,…), des affaires juridiques.

La filière permet également une mobilité volontaire plus efficiente que dans certaines filières : entre les deux ministères, entre établissements, entre service mais pour également pour les attachés d’administration, entre ministère (CIGEM).

Education nationale et filière administrative

Les personnels administratifs, représentent plus de 20 % des personnels administratifs et techniques (231 300) soit 52 609 personnes. C’est la filière la plus importante quantitativement de la filière des BIATSS (Personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé et des bibliothèques).

La filière administrative est répartie par catégorie :

  • 18 % appartiennent à la catégorie A, les attachés d’administration de l’Etat (corps interministériel à gestion ministériel, le cigem),
  • 32% à la catégorie B, les secrétaires d’administration de l’éducation nationale et enseignement supérieur -SAENES,
  • 50 % à la catégorie C, les adjoints administratifs de l’éducation nationale et l’enseignement supérieur - Adjaenes.
    84 % de la filière est composée de femmes.

Une filière contractuelle

Pour l’éducation nationale, les agents non-titulaire sont à plus de 10 % et ne cesse d’augmenter. En effet, ils étaient 8 % en 2008.
La quotité de travail pour 16 % d’entre eux est inférieure ou égale à 50 % générant une grande instabilité financière.

Le SA-EN demande une adéquation de postes et de corps.

En effet, bon nombre d’Adjaenes sont sur des postes de de catégorie B et les Saenes sur des postes de catégories A.

Le SA-EN demande un nouveau plan de repyramidage.

Partager nos valeurs